Travailler en extérieur au froid :
quelles précautions prendre ?

Mis à jour le 22/01/2019

De nombreuses situations professionnelles exposent les travailleurs au froid. Cette exposition directe au froid présente des risques pour la santé. Il favorise également la survenue d’accidents. Lorsque la température ambiante est inférieure à 5° C, la vigilance s’impose. La prévention la plus efficace consiste à éviter ou à limiter le temps de travail au froid.

Des accidents liés au froid

Fatigue accrue, perte de dextérité… Le froid peut avoir des répercussions sur la qualité du travail et provoquer directement ou indirectement des accidents (glissades, chutes…). Les effets sur la santé peuvent concerner le corps dans son ensemble ou seulement les parties exposées, de simples engourdissements jusqu’aux gelures.

L’effet d’ordre général le plus sérieux est l’hypothermie. Il survient lorsque l’individu ne parvient plus à réguler sa température interne. Ses conséquences peuvent s’avérer dramatiques : troubles de la conscience, coma, décès.

Le travail au froid augmente également les risques de troubles musculo-squelettiques.



Les mesures de prévention

Afin de limiter les accidents du travail liés à de telles conditions climatiques, des mesures simples, visant à assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs, s’imposent aux employeurs en fonction de l’évaluation des risques.
Des mesures sont à prendre : elles concernent à la fois les préventions collectives et individuelles :
 
  • l’organisation du travail. À titre d’exemple : planification des activités en extérieur ; limitation du temps de travail au froid, dont le travail sédentaire ; organisation d’un régime de pauses adapté et un temps de récupération supplémentaire après des expositions à des températures très basses ;
 
  • l’aménagement des postes de travail. Aménager un local de pause  chauffé, disposer d’un accès à des boissons chaudes, d’un moyen de séchage et/ou stockage de vêtements de rechange ;
 
  • les vêtements et équipements de protection contre le froid. Porter plusieurs couches de vêtements plutôt qu’un seul vêtement épais. La tête et les mains doivent être protégées ;
 
  • En cas d’utilisation, dans des locaux professionnels, d’appareils générant du monoxyde de carbone (appareils à moteur thermique), l’employeur devra veiller à ce que les préconisations faites pour prévenir les risques inhérents au monoxyde de carbone soient mises en œuvre. Il devra y être d’autant plus vigilant lorsque les travailleurs exercent une activité dans des locaux de travail fermés ;
 
  • Pour les secteurs dans lesquels les personnes utilisent un véhicule dans le cadre de leur activité professionnelle il convient de réfléchir à l’organisation des déplacements, l’équipement du véhicule et la formation dans les conditions de verglas….
 
Pour en savoir plus, consultez le site de l'INRS : ICI

À télécharger À télécharger